Mais c'est qui, cet éditeur ?

LIBERTAD PUB

Label Libertad : la nouvelle pépite !
Liberté – exigence – plaisir

En bref

  •           Un label pour les jeunes lecteurs de tout âge, diffusé par la Sofédis et distribué par la Sodis
  • Une dream team aux commandes : le découvreur d’Eragon + l’ex-DA de Hachette Jeunesse
  • La volonté de proposer une expérience singulière de lectures joyeuses et décoiffantes
  • Des choix qualitatifs et singuliers qui batifolent autour des 9-12 ans
  • Une production restreinte et résolument littéraire
  •            Un lancement en septembre 2016 avec trois romans pétillants

 Trois collections, deux livraisons annuelles

  •           « Les Zinattendus » : la collection qui fait aimer la littérature aux jeunes lecteurs de tout âge
  • « Les Zilarants » : la collection d’humour drôle qui ouvre les vannes du rire dès 9 ans
  • « Les Zincroyables » : la collection de beaux livres dont chaque page catapulte l’imagination


LIBERTAD LOGO jaune
Entretien avec le directeur de Label Libertad :
« La lecture, c'est comme les yaourts »

On publie déjà 12 000 nouveautés et nouvelles éditions pour la jeunesse chaque année… Pourquoi trois livres de plus ?
Parce que la lecture, c’est comme les yaourts.

Pardon ?
Si vous avez un frigo plein de yaourts nature alors que vous n’aimez que les yaourts aux fruits, votre frigo a beau être plein, vous n’avez pas un yaourt à manger. Il ne vous reste plus qu’à aller acheter l’un des livres que nous publions. Être le yaourt à la cerise sur le frigo de l’édition : voici l’ambition du label Libertad.

À ce sujet, c’est quoi, le « label » Libertad ?
Le département « jeunesse » des éditions Médiaspaul.

Encore un truc de catho, donc…
En effet, les éditions Médiaspaul publient des livres religieux et spirituels carrément catholiques. Je ne sache pas que cela soit plus honteux que les activités militaires de la maison-mère de tel ou tel autre gros éditeur pour la jeunesse ! Pourtant, Label Libertad n'est pas plus catho que Bayard, l’éditeur de « Chair de poule » et de « L’Apprenti épouvanteur », par exemple... En clair, nous sommes indépendants de la tradition religieuse de notre maison-mère, mais nous nous appuyons sur sa belle histoire et sa grande expérience éditoriale - et puisque vous parliez de religion, je vous prie de noter que, pour un jeune département, une telle expérience est un sacré atout. Sous le nom de Label Libertad, sont ainsi rassemblés des livres dissonants, acidulés, inattendus, destinés à des jeunes lecteurs de tout âge, dès, disons, 8-9 ans.

C’est quoi, ce nom, « Libertad » ?
Un nom qui nous va bien. Il est sautillant, coloré et hispanophone dans un monde plus souvent fatigué, terne et anglophone. Or, Libertad milite pour la liberté joyeuse de lire ou de ne pas lire, en n’y mettant qu’une condition : que la lecture soit toujours un plaisir, comme le laisse entendre notre logo, un oiseau souriant posé sur les branches de nos livres.

Label Libertad, c’est qui ?
Des gens qui connaissent la musique de l'édition mais ont une manière bien à eux de la pratiquer.

Concrètement ?
Les clefs de la maison m'ont été confiées, en tant qu'universitaire spécialiste des livres pour la jeunesse (lire ceci ou cela, par ex.).

Oh, non, pas un intello ! Qu’est-ce que vous y connaissez, à l’édition ?
Décidément, vous n'aimez pas les cathos, vous n'aimez pas les intellos...

C'est ma libertad, non ?
Bien sûr, mais vous êtes mal tombé...

Je suis très touché de votre compassion, sauf que vous ne m'avez pas expliqué ce que vous y connaissez, vous, en tant qu'expert de la faculté, à l'édition ?
Demandé comme ça, c'est un plaisir de vous apprendre que, après ma thèse en Sorbonne, sur la « littérarité » des romans contemporains pour jeunes lecteurs, j'ai obtenu un DESS d’édition à Villetaneuse en 2000, avec un mémoire sur le marketing des séries pour la jeunesse en « fin de traîne ». Depuis lors, j'ai travaillé notamment comme préparateur, correcteur, rewriter, traducteur, auteur, conseiller éditorial, etc., pour les plus gros éditeurs de romans pour la jeunesse, sous la houlette - par ex. - d'une grande dame comme feue Charlotte Ruffault ou de l'ex-p'tite jeune Shaïne Cassim. Toute modestie bue, je me flatte d'avoir, au fil des ans, découvert et traduit, outre des dizaines d'auteurs gouleyants, des blockbusters comme Eragon pour Bayard Jeunesse, « Les Chroniques des Temps obscurs » pour Hachette Jeunesse, « Les Chroniques de Spiderwick » pour PKJ, L’Aigle de la neuvième légion pour Gallimard Jeunesse, etc.

Et à part vous, qui sévit chez « Libertad » ?
Marie-Aude Waymel a accepté d’être la directrice artistique du label. Ce poste, elle l’a déjà occupé chez Hachette Jeunesse Romans, excusez du peu, avant de choisir de travailler comme graphiste et DA indépendante… Du coup, pour Libertad, elle a apporté sa vista, sa créativité ainsi qu’un catalogue foisonnant d’illustrateurs jamais - ou presque jamais - vus dans l’édition pour la jeunesse… et dont le travail résonne pourtant avec les lecteurs espérés.

Label Libertad va publier quoi ?
Ni des concepts, ni des projets, ni des imitations de livres-qui-marchent – juste des auteurs de tout horizon. Mais pas n’importe lesquels : ceux qui ne prennent pas les jeunes lecteurs pour des idiots ou des enfants gnangnan. Ceux qui les considèrent comme des êtres intelligents, et qui prouvent par leur talent que la lecture doit être une surprise et une joie. Donc pas que l’étouffante obligation scolaire, nunuche ou moralisante qu’elle est si souvent. 

Pourquoi vous risquer sur ce créneau ? Y a de plus en plus de collections pour les 8-12 ans...
Vous avez raison, les 8-12 ans, comme vous dites, sont largement ciblés par les éditeurs. Récemment, une rafale de projets a rappelé l’importance de ce créneau… sans doute parce que le créneau des +12 est coûteux, saturé, trusté par les éditeurs déjà installés, et sans doute aussi parce que, quand on édite déjà des produits pour d'autres publics, il faut se diversifier avant qu’un créneau ne périclite. Quelques exemples, parmi d’autres : depuis mars 2015, spécifiquement, on a appris que « Magnard Jeunesse vis[ait] aussi les 8-12 ans avec une collection de grands formats, à la fois créations et achats ». Le 19 janvier 2016, Rageot, « l’expert des 9-12 ans » selon son propre slogan, a lancé « Pop » sur son créneau favori. En mars, le même éditeur a enchaîné avec sa déclinaison « Heure noire », « de nouvelles séries à partir de 8 ans ». En mai, Place des éditeurs a lancé « Slalom », une collection de « fictions pour les 8-12 ans ». Laffont a poursuivi sa diversification en déclinant « R », collection visant les ados dits young adults, en ciblant les 8-12 ans via « R jeunesse », en librairie le 14 octobre 2016. On notera que cette massification n’exclut ni la BD, puisque, en 2016, Milan a lancé « Grafiteen » « pour les 10-13 ans » par opposition à « la fourchette du middle-grade (8-12 ans), trop large » ; et en non-fiction, Glénat Jeunesse déploie « Moi » depuis le 20 avril 2016 en librairie. Et donc, le 15 septembre 2016, débarque Label Libertad…

Face à ces mastodontes, vous êtes sûrs de vous faire une place ?
On aimerait bien, on travaille pour y parvenir, mais, non, on est surtout sûrs de rien ! Cela dit, vous le savez, on peut faire deux reproches à un nouvel éditeur : s'attaquer à un créneau où il n'y a personne, parce que cela signifierait qu'il n'y a pas de marché ; ou s'attaquer à un créneau où beaucoup de monde grenouillent, parce que la concurrence va le tuer. Dans les faits, aucun de ces deux stéréotypes n'est jamais vérifié absolument ! Cela ne nous empêche pas, en l'espèce, de nous réjouir de participer au bouillon de culture qui fait étinceler les livres pour jeunes lecteurs. Ensuite, nous, on publie des romans pour jeunes lecteurs de tout âge, sans croire à la valeur de "tranches" : on connaît de très bons lecteurs de 7 ans, des ados qui galèrent sur des livres hyper basiques par principe (lire, ça fait suer) ou par manque de technique, des adultes qui adooorent les bonnes histoires pour la jeunesse et, parfois, les mauvaises... De sorte que, les autres collections, anciennes ou nouvelles, sur le même créneau ne nous concernent pas vraiment : elles formatent des produits bien adaptés à une cible, et elles le font souvent avec une vraie maîtrise ; nous, nous ciblons une compétence plus qu'un créneau d'âge.

En clair ?
On édite des livres pour des lecteurs qui savent lire. Pas des livres qui montrent des enfants de neuf ans dans des classes pour neuf ans, avec des préoccupations typiques de neuf ans et une Grande Leçon de Vie que les bibliothécaires spécialisés ou les parents d'enfants de neuf ans sont censés juger "jubilatoire et extrêmement appropriée". Nous ne sommes pas, frontalement, en concurrence avec cette production car nous ne façonnons pas le même type de livres.

Donc vous y allez au doigt mouillé, selon ce que bon vous semble dans votre grrrande sagesse ?
Hélas, non. On a beaucoup réfléchi, étudié, consulté depuis trois ans ; on a choisi des textes époustouflants ; on s’est soucié de la qualité de l’impression et de la beauté de l’objet-livre ; on accompagne même les premiers livres par un encart dans Livres-Hebdo, ce qui est un effort conséquent pour un tout p’tit éditeur ; on a préparé ce site, modeste mais fonctionnel. Bref, on a fait notre maximum ! À présent, ce que nous espérons, c’est que les lecteurs seront curieux et gourmands de lire nos textes chouchous, puis qu'ils auront hâte de les faire passer aux jeunes lecteurs de tout âge qui leur tournent autour. Car, oui, soyons clairs, désormais, we need you if you please.

ÉZOAH COUV JPEG